Le week-end dernier, Julien Janvresse s’est vu remettre son écusson d’arbitre. Et c’est avec une grande fierté que le club a pu accompagner et voir évoluer ce jeune arbitre. Retour sur son parcours et sa découverte de l’arbitrage.

Après une première année d’arbitrage, le jeune arbitre a vu son travail récompensé par la remise de son écusson des mains de Francis Lopez, représentant du Comité des Arbitres du 56. La petite « cérémonie » s’est déroulé vendredi dernier. Et Julien était bien accompagné avec la présence de sa famille, de Laurent Bretaudeau (président du club), Bruno Hamdani (en charge des arbitres au club), Martin Audion (accompagnateur), Roland Jégoux (intendant) ainsi que de Sacha Gaudin, arbitre du club depuis de nombreuses années.

Cette remise a aussi été l’occasion d’aborder ses débuts dans l’arbitrage. Avant d’enfiler la tunique noire, Julien a aussi été joueur au club, en signant sa première licence en U7. Et c’est avec Pascal Frigot, en U13, que Julien a découvert l’arbitrage en prenant la touche lorsqu’il ne jouait pas. L’année suivante, il décidait de devenir arbitre officiel. 

Dès ses débuts, Julien a pu profiter de l’expérience de ses accompagnateurs, Bruno et Martin. Un rôle primordial dans le développement de ces jeunes arbitres. Martin a lui rappelé l’importance de « protéger les arbitres » lorsqu’ils débutent. Julien n’a d’ailleurs pas manqué des le remercier pour ce soutien. 

Francis Lopez, qui a pu observer le jeune arbitre lors de ses premiers matchs, a décrit un jeune qui « pose beaucoup de questions », et qui a appris très vite. Ce qui lui permet d’être aujourd’hui « moins stressé »avant les matchs.  

Actuellement, Julien arbitre les jeunes au niveau Ligue et espère devenir Jeune Arbitre Ligue, un statut qui permet d’accélérer la formation de ces derniers. 

Enfin, le président du club, Laurent Bretaudeau a d’abord remercié Julien pour son investissement, mais aussi rappelé l’importance de ces arbitres qui permettent de « structurer » un club ». Laurent a par la suite insisté sur latradition d’arbitrage au club. En effet, le club a vu passer dans ses rangs de nombreux arbitres, dont certains de haut niveau à l’image de Lionel Jaffredo, Laurent Le Veux, Martin Audion. Mais aussi Sacha Gaudin, arbitre depuis 2004 au club. Pas encore 30 ans, et déjà 15 années d’arbitrage derrière lui ! Après avoir arbitré en CFA, pris une place de 4ème arbitre en Ligue 2, Sacha se tourne aujourd’hui vers leFutsal, et participe à des rencontres de D2 Futsal, 2ème échelon national. Expérience qu’il complète avec l’arbitrage de foot à 11 au niveau DH. Sacha a décrit son expérience de l’arbitrage comme « une école de la vie », qui « forge le caractère ». 

Nous souhaitons tout autant de réussite à Julien !

 

« Comment t’es venu l’envie d’arbitrer ? 

Un peu par hasard; j’ai commencé il y a 3 ans à la touche; cela m’a plu. j’ai ensuite testé le centre avec les U15 et cela a confirmé mes envies. C’est comme cela que je suis arrivé dans l’arbitrage.

Et comment devient-on arbitre? 

J’ai commencé par passer un examen en 3 dimanches. Les 2 premiers, nous avons passé des écrits, des tests sportifs, mais aussi les coups de sifflets. Enfin, le dernier dimanche nous avons des épreuves et j’ai reçu dans l’après-midi mon résultat. Après un match d’observation, j’ai été confirmé en tant qu’arbitre ? 

Peux-tu nous raconter ton premier match ? 

C’était un Séné-Ménimur. C’était stressant, on peut s’attendre à tout. D’autant plus qu’en ayant vu l’affiche, c’était un match difficile, un derby. Finalement cela a été un match plutôt « facile », il y a eu 7 à 1 pour Séné.  Simplement, c’était bizarre la première fois d’enfiler le maillot d’arbitre puisque je ne venais pas pour une équipe en particulier, mais pour diriger le match !

Y’a-t-il une forme de pression, de stress avant les matchs? 

Oui c’est possible. Quand je vois les désignations pour le week-end, si j’arbitre une équipe avec laquelle ça s’est mal passé sur un précédent match, je peux être un peu stressé. Ensuite, c’est sur que l’on stresse avant le début du match. Mais si les 15 premières minutes se déroulent bien, cela devient plus facile par la suite. 

Regrettes-tu certaines de tes décisions pendant les matchs ?

Oui cela m’est déjà arrivé. Ensuite, il faut rester dans son match, en faire abstraction, s’excuser après la rencontre si besoin. J’y repense souvent une fois les matchs terminés. 

Tu prends du plaisir pendant les matchs ? 

Oui ! Surtout pendant les matchs où il n’y pas beaucoup de choses à siffler, des actions, du rythme, de l’envie de gagner avec des équipes compétitives. Car à l’inverse, lorsque tu arbitres un match sans engagement, tu t’ennuies aussi. D’où mon envie de passer en Ligue !

Justement, l’arbitrage est-il différent à ce niveau ? 

Oui, il y a moins de fautes, mais peut-être un peu plus de cartons. Il y a plus d’engagement, c’est plus compétitif. 

On voit aussi beaucoup de comportements déplacés envers les arbitres. Toi qui n’est pas si vieux, comment le vit-on ? 

Effectivement, ça peut être dur à vivre. Dans des matchs où les joueurs viennent nous voir toutes les 5 minutes, cela peut être difficile. Mais j’explique et normalement cela se passe bien. Ensuite, s’il faut prendre des décisions importantes comme mettre un carton rouge; c’est tout aussi difficile d’en donner un pour l’arbitre que de le recevoir pour le joueur. 

Que peut on te souhaiter pour la suite ? 

J’espère passer Jeune Arbitre de Ligue la saison prochaine. En arbitrant déjà à ce niveau cette saison, je pense en avoir le potentiel. Ensuite, j’espère aller le plus loin possible ! 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *